J’ai eu du mal à parvenir à vivre sereinement ma maternité. La première année avec Minus a été je pense la plus grosse épreuve peut-être de ma vie, en tout cas de mon couple. Les bouleversements, les doutes, les ajustements, le stress… Nous étions tellement centrés sur nos problèmes que nous en avons parfois oublié de célébrer les bons moments (parfois, hein, on a quand même été complètement gaga devant les premiers sourires, un beau caca ou une bulle de morve de compèt’). Il nous a fallu du temps pour nous sortir de ça, et nous aurions probablement pu demander plus d’aide, mais c’est une autre histoire.

C’est cet article de Slate qui me fait réagir ce matin: « non, les mauvaises mères de sont pas des tyrans » de Nadia Daam.

(suite…)