Et moi, et toi, et nous

En conscience – les ronds dans l’eau

Cela fait longtemps que je commence et recommence cet article, j’ai des dizaines de brouillons qui portent plus ou moins le même titre, et le sujet est tellement vaste que je ne suis pas certaine de pouvoir le traiter en un seul post. (Et en même temps, il est m’arrivé une paire de fois de vous annoncer des suites qui ne sont jamais venues, il faut plutôt que je me lance en politique) Une discussion récente avec quelques amis a mis du sens dans cette question qui me taraude, me donnant l’énergie nécessaire à l’évoquer ici, je les remercie bien!

Alors voilà, c’est parti, j’ai envie de vous parler de notre place dans l’Univers. Enfin, de la mienne, surtout, parce que je ne sais pas trop où vous vous situez, vous, ni jusqu’où je peux vous emmener (drogues hallucinogènes autorisées). En tout cas je ne mentais pas lorsque je vous disais que c’était ambitieux. (suite…)

Non-bilan 2015

Cet article aurait dû venir avant le précédent, et s’il n’est pas venu c’est parce que je ne sais toujours pas quoi penser de 2015. Peut-être qu’il me manque du recul avant de m’attarder sur cette étrange année, éprouvante sur les plans personnel et collectif. 2014 était une mauvaise année, sous le signe de la tristesse, de laquelle je me suis sortie en me plongeant dans l’action. Je ne voulais pas qu’elle traîne sa misère, et je me suis jetée ravie et pleine d’espoir dans 2015. Premier choc que l’on sait le 7 janvier, puis, pour moi, en mars, puis en avril, puis en juillet, puis de nouveau collectif en novembre (plus tout un tas de révélations intérieures difficiles à dater)… Et finalement, malgré toutes les bonnes et belles choses qui se sont passées en 2015, l’arrière-goût qu’il m’en reste est celui d’une grande violence(suite…)

2016

Il faut que je me rende à l’évidence, c’est mal barré pour vous faire une chouette carte de vœux comme l’année dernière (ce ne sont pas les idées qui manquent, le minus en a même validé une, on a juste oublié n’a juste pas eu le temps de prendre la photo.)

Carte ou pas carte, en ce 20 janvier, je vous souhaite à tous une très belle année 2016, encore plus belle que 2015. (Je ne sais pas où l’on se rend avec cette surenchère annuelle. Dans 10 ans c’est la béatitude.)

Cette année, j’ai pris une résolution. Une seule.  (suite…)

Le numéro que vous avez demandé…

Cette semaine, c’est celle où je mets en oeuvre toutes mes bonnes résolutions de début d’année, celle où le Minus est en vacances chez son père, celle où je bosse comme 4 12, celle où je range la baraque et où je mets en vente des tonnes de trucs sur LBC, où je mitonne des bons petits plats bios que je congèle en prévision des jours de rush, où je bricole et je créé des tas d’objets délicats et raffinés pour décorer mon home sweet home, où j’en profite pour faire des sorties natures et aussi culturelles, où je m’épile et où je me fais des masques jusque dans les poils de nez, où je sors tous les soirs et brille en société par ma culture, mon humour et ma beauté (intérieure et extérieure), où je fais la fête jusqu’au bout de la nuit et me réveille à l’aube fraîche comme le pare-brise de ma voiture le matin par moins deux. (suite…)

XP

Je pressens cet été comme un espace plein de nouvelles expériences. Premier été en garde partagée du Minus d’abord. Je l’ai déjà laissé une semaine à son père pour les petites vacances, mais cette fois c’est l’alternance que nous allons tester. Nous nous sommes mis d’accord pour des périodes d’une ou deux semaines, pour des questions de crainte des trop longues durées pour le Minus, et de planning pour nous. Une amie me faisait remarquer que du temps sans enfant et sans mec, c’était ça les vraies vacances (mpfff… je reconnais que…) (suite…)

Walking on sunshine

L’année dernière, j’ai perdu les belles lunettes de soleil de star du rock qui m’accompagnaient depuis la naissance du Minus. J’en ai été dégoûtée, désolée, en colère contre moi-même et ma tête de linotte. Et puis finalement, ce n’est pas grave, d’une part parce que ce n’était que des lunettes de soleil, même si elles ont coûté un bras, d’autre part parce qu’il est bon parfois de perdre des objets, pour nous rappeler qu’ils sont sans importance, et pour voir dans cette perte un signe. Cela m’a plu d’interpréter tous les signes de cette dernière année comme des symboles du changement, de la transition. J’en conviens, c’est assez simple. (suite…)

One more step

Un alignement des astres (comprenant un accident de voiture, des séances de kiné et des vacances en famille, mais pas que), m’a fait avancer d’un pas de géant dans mon auto-analyse. Le fait que le choc initial se soit produit au moment de l’éclipse de soleil et de l’équinoxe de printemps (rien à voir avec un quelconque compositeur à synthé) a sans doute une importance, au moins symbolique, comme un cap de franchi, vers une période où les jours sont plus longs que les nuits. J’aime les symboles. (suite…)

Bon bout d’an ! (bilan 2014)

J’ai commencé à le dresser dans les commentaires du dernier article du blog Femme sweet femme, mon bilan 2014, et puis je me suis dit que j’allais le développer ici, rien que pour vous, mes 10 fidèles lecteurs (dénoncez-vous !).

J’aimerais bien parvenir à vous le faire de manière drôle et sérieuse à la fois, parce que c’est comme ça que je la ressens cette année 2014 : grave et légère, délestée, pleine d’espoir. (suite…)