Archives par auteur: M-Aurele

Félindra, tête de tigre ! (Anniversaire Fort Boyard)

Pour ses 5 ans, le Minus voulait une fête d’anniversaire avec ses copains sur le thème de Fort Boyard. En vrai, c’est moi qui ai évoqué l’idée une demi-seconde avant de me rendre compte que je m’embarquais probablement dans quelque chose d’un peu trop ambitieux. Comme il n’a fallu qu’un quart de seconde à la prunelle de mes yeux pour bondir de joie, damned, j’étais foutue. Encore plus lorsque Papilu a dégainé 7 clés rouillées à souhait qui traînaient dans son atelier. Il fallait donc se jeter à l’eau… et assurer !

Je ne vais pas écrire grand chose, voici en images comment je me suis organisée. (suite…)

Le numéro que vous avez demandé…

Cette semaine, c’est celle où je mets en oeuvre toutes mes bonnes résolutions de début d’année, celle où le Minus est en vacances chez son père, celle où je bosse comme 4 12, celle où je range la baraque et où je mets en vente des tonnes de trucs sur LBC, où je mitonne des bons petits plats bios que je congèle en prévision des jours de rush, où je bricole et je créé des tas d’objets délicats et raffinés pour décorer mon home sweet home, où j’en profite pour faire des sorties natures et aussi culturelles, où je m’épile et où je me fais des masques jusque dans les poils de nez, où je sors tous les soirs et brille en société par ma culture, mon humour et ma beauté (intérieure et extérieure), où je fais la fête jusqu’au bout de la nuit et me réveille à l’aube fraîche comme le pare-brise de ma voiture le matin par moins deux. (suite…)

Vacances 2.0 : bilan

Les vacances scolaires battent encore leur plein mais, de retour dans mes pénates après quelques jours sur les bords de Loire, le Minus chez son papa, j’ai décidé que les congés pour moi étaient bel et bien terminés, ce petit temps de transition me semblant nécessaire pour me recadrer et me remettre dans une ambiance plus studieuse. Je m’autorise donc ce bilan anticipé, qui fleure bon l’ambiance rentrée J-7 du 13h de Jean-Pierre Pernaut.

(suite…)

Plaisir d’écrire #3 et #4

Bon, pour cause de carte non reçue, je change l’ordre de publication, par rapport à l’ordre d’envoi des courriers, mais tout ceci n’a que peu d’importance et même que si je ne vous avais rien dit, vous n’auriez rien remarqué (ouais, ok, c’est une vaine tentative pour justifier mon retard).

La carte #3 est partie en région parisienne, et j’ai bien hâte d’être à la semaine prochaine pour que les promesses que j’y ai écrites se réalisent ! (suite…)

XP

Je pressens cet été comme un espace plein de nouvelles expériences. Premier été en garde partagée du Minus d’abord. Je l’ai déjà laissé une semaine à son père pour les petites vacances, mais cette fois c’est l’alternance que nous allons tester. Nous nous sommes mis d’accord pour des périodes d’une ou deux semaines, pour des questions de crainte des trop longues durées pour le Minus, et de planning pour nous. Une amie me faisait remarquer que du temps sans enfant et sans mec, c’était ça les vraies vacances (mpfff… je reconnais que…) (suite…)

Walking on sunshine

L’année dernière, j’ai perdu les belles lunettes de soleil de star du rock qui m’accompagnaient depuis la naissance du Minus. J’en ai été dégoûtée, désolée, en colère contre moi-même et ma tête de linotte. Et puis finalement, ce n’est pas grave, d’une part parce que ce n’était que des lunettes de soleil, même si elles ont coûté un bras, d’autre part parce qu’il est bon parfois de perdre des objets, pour nous rappeler qu’ils sont sans importance, et pour voir dans cette perte un signe. Cela m’a plu d’interpréter tous les signes de cette dernière année comme des symboles du changement, de la transition. J’en conviens, c’est assez simple. (suite…)

Plaisir d’écrire #0

Le premier numéro du magazine Flow m’avait donné envie de me lancer dans un #projet365 (s’engager à faire quelque chose chaque jour, et accessoirement le publier sur son blog ou les réseaux sociaux). Mais le contenu du projet ne venait pas, et, si j’avais quelques vagues idées en tête, je n’avais pas envie de forcer la décision, mais plutôt qu’elle s’impose à moi. Sinon j’étais sûre que je ne parviendrais pas à m’y tenir. Et c’est le troisième numéro du magazine (je ne remercie pas le deuxième !) qui a été le déclic.

(suite…)