Madame Indestructible

Me pensant invincible, ces dernières semaines, j’ai foncé tête baissée dans des tas de trucs plus ou moins malins. L’histoire de ma vie. Bref. Tout n’a pas vraiment fonctionné comme prévu. Le retour de vacances, sensé renforcer mes élans d’énergie m’a finalement offert une belle leçon d’humilité.

Mur : 1 – Aurèle : 0.

Je rembobine la cassette (avec un stylo, à l’ancienne) et je reprends, avec un peu moins d’arrogance, le travail, la vie domestique et les relations sociales à il y a 3 semaines. Ni vu ni connu (ah, si, zut. Vous serez gentils vous ferez semblant).

En attendant, j’expérimente :

  • que la colère est une émotion légitime, que j’accepte d’accueillir, voire d’exprimer (dans la limite du respectueux, hein, on ne se refait pas)
  • que le tout est de savoir comment utiliser cette énergie pour en faire quelque chose de positif (travail en cours, ne pas déranger)
  • qu’être auteur de fiction permet de tuer métaphoriquement les gens
  • que ça soulage.

Et sinon il reste toujours l’alcool*.

Plus sérieusement, je me suis lancée dans cette lecture (le lien avec la choucroute vegan, c’est l’action positive motivée par la colère ci-dessus) :

J’arrête de surconsommer ! de Marie Lefèvre et Herveline Verbeken

Et je fréquente le groupe facebook de gestion budgétaire correspondant. (merci C. de m’y avoir inscrite !)

Je suis déjà pas mal avancée dans le zéro déchet (j’ai commencé à attaquer la question il y a 10 ans !), la consommation bio et locale, et les gouttes d’eau de colibri diverses et variées, ce qui ne m’empêche pas d’avoir encore pas mal de chemin à parcourir. Le début c’est toujours plus facile, quand on peut choisir les parties du chantier auxquelles on a envie de s’attaquer. Ensuite, on se heurte à des barrières plus profondes que les simples habitudes de vie, et ça fait mal (pour moi, clairement, le désencombrement) (si vous le permettez je reporte cette analyse à plus tard).

Une piqûre de rappel et un bon coup de pied aux fesses ne font jamais de mal (ouais, ouais, ça conclut les deux parties de cet article).

*à consommer avec modération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *