Devenez une rock-star on vous en filera gratos

Dans la liste de Marshall Rosenberg qui concluait mon dernier article, le besoin de liberté n’est pas formulé. Il y a bien l’autonomie, et l’intégrité qui posent les jalons de la liberté de faire ce que l’on souhaite et d’être (et d’exprimer) qui l’on est, mais ce n’est pas tout à fait la même chose. Moi qui me sens souvent prisonnière, pas tellement de mon environnement et des événements extérieurs ou des autres, mais plutôt de moi-même et de mes angoisses et contradictions (et en même temps, en creusant un peu, je me rends compte de l’influence de l’environnement sur la manière dont je me suis construite et les traumatismes – même petits – qui ont jalonné mon parcours jusqu’à présent.) (Ne vous inquiétez pas, je me soigne). Finalement, je me dis que le besoin de liberté est celui qui englobe tous les autres, et que lorsque l’ensemble de nos besoins sont, même si pas satisfaits, au moins pris en compte et reconnus comme légitimes, on comble notre aspiration à la liberté. (Non ?) (en tout cas c’est une piste)

Tout ça pour dire que, suite à mes récentes réflexions, je me sens libre. Et c’est quand même pas mal, comme effet d’un simple article de blog ! Les enfants, n’achetez pas de drogue, devenez une rock star on vous en filera gratos* écrivez !

IMG_20160603_235729

Les Frères Jacquard – Festival Le Temps des Cerises – Uzès

Ce sentiment de liberté s’est exprimé au travers d’un certains nombre de choix que j’ai fait ces derniers temps, et notamment dans ma vie professionnelle. Jusqu’à présent, mon activité principale était une agence de communication, que j’ai montée il y a 3 ans, avec mon frère (merci !). Le projet était simplement de nous créer notre emploi, étant tous les deux au chômage. Cela a été une des expériences les plus enrichissantes de ma vie. J’ai appris plein de choses, rencontré des tas de personnes généreuses et inspirantes, voire des ami-e-s, j’ai découvert un univers – celui de entrepreneuriat – qui m’était complètement étranger à moi la gauchiste altermondialiste écolo militante associative, élevée au syndicalisme et aux manifs en tout genre. La conciliation de tout ça n’a pas été tous les jours facile, et dans de nombreuses situations je ne me suis pas sentie à ma place. Apprendre à composer avec ces différentes facettes de ma vie (et ma vie est très disco**) a été sans doute le principal enseignement de ces trois années. Mais voilà, le besoin de sécurité, le besoin de créativité et tout un tas d’autres éléments nous on fait penser qu’il était temps de nous arrêter là. Mon associé de frère a volé vers d’autres horizons, et moi, j’en ai profité pour me réinventer.

Me réinventer, dans les faits, ça ne veut pas dire grand chose. Je me suis déclarée à mon compte, et je continue de faire une grande partie de ce que je faisais avant. Je me suis juste recentrée sur mes compétences, c’est-à-dire tout ce qui concerne l’écrit, et le développement d’une activité que j’avais lancée au sein de l’agence, l’animation d’ateliers de stop-motion (ce qui n’avais pas grand chose à voir avec la communication, on est d’accord). Ce qui lie tout ça, c’est le plaisir de raconter des histoires. Voilà probablement ce que je sais faire de mieux. Je suis donc officiellement pour l’administration spécialisée dans l’animation culturelle, l’écriture et la réalisation de films. Et le dire, c’est un immense pas. Un cap que j’avais déjà franchi il y a quelques années avant de reculer. Raconteuse d’histoires. C’est ce que je fais (et depuis longtemps), mais aujourd’hui j’ai l’impression de clamer que c’est aussi ce que je suis. Pour tous mes amis auteurs, scénaristes, réalisateurs, photographes, cela semble sûrement faire grand cas de peu de chose, pour les autres c’est peut-être pédant, m’en fiche, cela fait trop de bien de l’écrire et de l’assumer. Et ceux qui me connaissent bien savent à combien cela me coûte de l’avouer en public***. Voilà, c’est fait. Sous vos applaudissements.

horoscope

(Mon horoscope de Rob Brezny de cette semaine était particulièrement encourageant quand on l’interprète dans le sens de ce que j’écris ici) (bon, le 25 juillet est un délai un peu court pour la parution de mon premier roman). En attendant cette glorieuse date, revoici mon dernier gros succès vidéo (au cas où vous l’auriez manqué sur facebook), parce que de tout ce que j’ai fait dernièrement, c’est ce avec quoi j’ai le plus pris mon pied (désolée les mecs****).

 
Devenir youtubeuse beauté par lesanimateliers

Freedoooooom !

——-
* Oui, oui, la liberté peut s’exercer dans le visionnage de comédies romantiques.
** Oui, oui, la liberté peut s’exercer dans les jeux de mot pourris.
*** Oui, oui, la liberté peut s’exercer dans des aveux dignes de Confessions Intimes.
**** Oui, oui, la liberté peut s’exercer dans les sous-entendus graveleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *