NSI Idées #1 spécial palettes

Le weekend sans Minus commençait mal. J’avais prévu de profiter de ma solitude pour enchainer ma journée de travail, des courses et une soirée à la première « miNuit Blanche » d’Uzès. Une migraine m’a clouée au lit (au canapé, d’abord, j’ai Twin Peaks à rattraper) avec les poules (et le chat). Caramba, encore raté.

Qu’à cela ne tienne ! Samedi, dès l’aube, j’avais rendez-vous avec Monsieur Bricolage. J’avais enfilé ma plus belle salopette. Et me voilà déambulant dans les rayons. Pour mon projet, je voulais du sobre, du classe, de l’élégant. Du blanc sur blanc, du gris orage, un style « côté ouest ». Genre je-vois-la-dune-du-Pyla-de-ma-fenêtre. Au moment de choisir le pot de peinture, l’esprit de Valérie D. s’est subitement emparé de mon corps, a pris le contrôle de ma main, qui s’est saisie de fushia n°4. Ce qui signifie en langage courant « rose bonbon ». Caramba.

Parce que voyez-vous, j’avais flashé sur ça (j’ai vu circuler l’image partout, impossible de retrouver la source de départ) :

palettes couloirEt je disposais de ça :

paletteIl me fallait donc ça :

materiel 72dpi(peinture gris orage rose bonbon et matériel de peinture, grillage à poule et de quoi le couper / tortiller / clouer.)

D’abord, tard samedi soir et grâce au soutien moral sans faille de Danse avec les Stars, j’ai obtenu ça :

palette peinte 72dpiComme j’avais la flemme pas assez de peinture je n’ai pas peint l’arrière.

dos 72 dpiJ’ai bouché les trous avec du grillage à poules pour faire les étagères, je me suis dit que ce serait plus original que de mettre des petites planches de bois, et surtout c’était beaucoup moins salissant et physiquement challenging que de sortir la scie. J’ai utilisé ces petits clous en forme de pont qu’on appelle « crampillons » (mais pourquoi ce nom ??!).

J’ai collé des petits tampons de feutre pour préserver le mur (ceux qu’on met sous les chaises pour ne pas qu’elles rendent fous les voisins du dessous), ce qui ne sert à rien, car avec l’épaisseur de la plinthe la palette ne le touche pas, le mur (enfin, presque pas).

Détail du grillage à poules (surtout parce que c’est la seule photo réussie de la série) :detail dos 72 dpi

Et voualà (comme disent les américains) :

palette couloir 2 72dpipalette couloir 72dpiPour que la palette tienne bien contre le mur, j’ai calé l’avant avec des morceaux de carton, afin que le poids porte plus vers l’arrière (c’est à peu près tout ce dont je me souviens des mes cours de physique du lycée).

palette face 72dpi

Coût de l’opération : le pot de peinture et les petits crampillons (soit 17 euros environ, et il me reste des clous pour refaire environ 53 palettes-bibliothèques-de-couloir). Palette et grillage à poules de récup (merci pôpa). J’avais le reste des outils. Bon, ok, je me suis offert un joli lot de pinces pour une dizaine d’euros. Nul doute qu’elles me serviront régulièrement. Le pot de peinture y est presque passé, le bois absorbe beaucoup, mais une seule couche a suffi. 4h de boulot environ, quand on lève de temps en temps la tête pour regarder quelques choré (compter le temps de séchage en plus, et la palette m’a été livrée déjà poncée).

Il y a moyen de faire plus joli, en rebouchant au préalable les trous des clous sur l’avant avec un peu de pâte à bois par exemple, mais dans l’ensemble je suis contente. Maintenant dans mon couloir ce n’est plus le carrelage moche qui attire le regard.

 

Commentaires (5)

  1. Rachel

    J’adore! C’est simple et efficace!

    Répondre
    1. M-Aurele (Auteur de l'article)

      Merci ! 🙂

      Répondre
  2. Cathel

    Tu as bien fait pour le rose !!!

    Répondre
    1. M-Aurele (Auteur de l'article)

      Oui, ça rend bien dans mon couloir, ça donne la pêche, je suis contente.

      Répondre
  3. Lilislo

    Merci beaucoup !! Super idée !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *